Design typographique et création de caractères à l’École supérieure des arts et médias de Caen-Cherbourg

Voir, savoir, faire

L’articulation de ces trois principes se développe sur une progression constante durant l’ensemble de la scolarité. En première année, les étudiants sont invités à s’initier aux principes de base de la lisibilité, du dessin de lettres et de la composition lors d’ateliers. L’observation épigraphique est progressivement encouragée. Le DNAT Design Graphique est l’occasion de renforcer les notions fondamentales de la typographie: histoire des caractères et des écritures, classification, histoire du design de livres. L’approche pratique complète la culture typographique par des atelier de calligraphie, de lettrage et de design typographique, où sont recherchés l’expressivité et la personnalisation des messages; outre l’habileté des tracés et la qualité des dessins.

L’école bénéficie de la proximité immédiate du fonds documentaire de l’Institut mémoire de l’édition contemporaine (IMEC)

En troisième année, l’enseignement théorique met l’accent sur l’orthotypographie et la microtypographie. Le passage de la calligraphie à la typographie se fait progressivement. La création de caractères n’est pas envisagée en tant que pratique autonome mais systématiquement réintroduite dans d’autres champs du design graphique afin qu’elle puisse constituer un outil supplémentaire au futur concepteurs visuels et directeurs artistiques. La réflexion sur les support, la gestion du contenu, la hiérarchisation de l’information sont des préoccupations essentielles de l’année. La phase projet (quatrième et cinquième année) via la mention « Éditions » permet à l’étudiant de prolonger sa réflexion sur les enjeux de la typographie. La pratique du dessin de caractères se poursuit sous forme d’atelier de recherche et de création, tandis que le design typographique trouve son écho dans la réalisation et l’édition de multiples. L’école bénéficie de la proximité immédiate du fonds documentaire de l’Imec (Institut mémoire de l’édition contemporaine). Les archives de graphistes et théoriciens importants (Pierre Faucheux, Gérard Blanchard) ainsi que d’éditeurs et d’auteurs est mis à profit dans le cadre de recherches portant sur le texte et sa forme.