Interprétation des débuts du XXe siècle (2)

Au début du XXe siècle, la composition manuelle est sérieusement concurrencée par la composition mécanique, dont les fabricants de matériels, Linotype et Monotype, deviennent bientôt des entreprises de fonderie. Regravant à l’usage de leurs machines les caractères du patrimoine, elles se dotent de leurs propres Garamond, répondant aux impératifs de la « composition chaude». En 1921, Lanston Monotype ( États - Unis ) met à disposition du public son Garamond (Series 248), dessiné par Frederic William Goudy et gravé par Robert Wiebking. L’année suivante, une autre série (Series 156) est éditée par la filiale britannique de la même société Monotype. Très différente de celle de Frederic Goudy, elle est basée sur le modèle de l’Imprimerie nationale. Le Garamond Monotype Series 156 deviendra plus tard le Garamond dont tous les ordinateurs personnels sont équipés par défaut.

Les principales versions du Garamond en composition mécanique.

Ample, rond, assez maigre, les différences de ses pleins et déliés sont peu marquées. C’est un caractère qui possède une forte chasse (il prend beaucoup de place en largeur) mais, fidèle à la typographie des XVIe et XVIIe siècles, il possède un italique nettement plus étroit que le romain – c’est l’un des points forts des machines Monotype face à leurs concurrentes Linotype, pour lesquelles romain et italique doivent être de même largeur. C’est le cas du Garamond Nº 3, édité en 1936. Il s’agit en réalité du Garamond ATF de Morris Fuller Benton adapté aux contraintes techniques de la machine Linotype. Outre ces deux grandes fonderies, on peut également citer, en 1922, le Garamond pour machine à composer Ludlow, dessiné par Robert Hunter Middleton. Caractère de labeur, le Garamond est considéré par beaucoup comme éminemment livresque. Malgré l’usage intensif que les typographes ont fait du Garamond pour des travaux moins
« nobles» composés sur machine (presse quotidienne ou éditions bon marché), il conserve toujours un peu de l’aura et du prestige de la composition manuelle.

Déployer la chronologie